Être Charlie sans être Alep

Je me suis longtemps demandée si ce genre d’article avait sa place sur mon blog, mais cela reste mon blog et donc le reflet de mes pensées. Alors je vous laisse ces quelques mots ci-dessous.

Moi, je ne suis pas Charlie, je n’ai pas honte de le dire et je vais vous expliquer pourquoi.

À mon arrivée à Madrid, il y a quelque années, je me suis rendue compte en parlant avec les gens de mon entourage, qu’ils ne savaient rien de ce qu’il se passait en Palestine, qu’ils n’étaient ni informés, ni sensibilisés et qu’ils n’en voyait pas non plus l’intêret.  J’ai même eu droit à un “mais il se passe quoi là-bas exactement?” A ma grande stupéfaction…une question d’une étudiante en médecine, pour vous dire que le niveau scolaire est loin d’être un reflet du niveau de culture générale ou de l’intelligence sociale.

Et puis, quand la guerre en Syrie a débuté et que les réfugiés ont commencé à arriver en Espagne, une des universités a proposé de recevoir des réfugiés pour leur permettre de finir leurs études. Mais quelqu’un en face de moi a dit “ah non, je ne veux pas de réfugiés dans ma fac, il nous manquait plus que ça”. Je ne me suis pas gênée pour lui donner mon avis, lui expliquant que ces gens-là n’ont pas envie de venir dans son pays non plus, que ce n’est plus un choix, c’est une nécessité pour eux. La personne, toujours gênée face à mon discours et à mon identité de femme arabe, se sent toujours obligée d’apaiser ses propos…

Depuis quelques jours, je vois les vidéos du massacre à Alep sur mon feed Facebook, et je scroll, parce que je sais ce qu’il y a derrière ses images : les pleurs , les cris, la douleur, moi personnellement ça me déchire le coeur. Puis, je vois que ça dure, un jour, deux jours, trois jours… et je me rends compte que cela ne va vraiment plus, que des personnes sont en train de perdre leur mère, leur père, leurs frères et leurs soeurs et qu’ici en Europe, personne ne réagit. Et vous savez pourquoi? Parce qu’ils ne sont pas Alep.

Je ne suis pas Charlie, parce que je ne suis pas Alep non plus, moi je suis juste humaine. Je suis touchée par toutes les pertes et les tragédies, partout dans le monde. Que ce soit Paris, Alep, Gaza, Orlando ou les guerres en Afrique dont on n’entend pas parler, pour moi, aucune de ces causes n’a plus de valeur qu’une autre.

Alep n’est pas si loin, Gaza n’est pas si loin non plus. Mais pour certains, loin du corps, loin du coeur.

Etre Charlie sans être Alep, c’est être aveugle.

 

Jihane M.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s